Retour
Histoires d'entrepreneurs

SOURCES – Le traitement de l’eau irrigue la croissance

Fort d’une grande expertise technique et du réseau idéal pour se lancer dans une aventure entrepreneuriale, Patrick Billette crée Sources en 2000. Dans une démarche résolument moderne et éclairée, l’ancien dirigeant de Degrémont (groupe Suez), qui a su s’entourer d’une équipe d’ingénieurs de qualité, est aujourd’hui capable de jouer dans la même cour que les acteurs européens historiques du traitement des eaux.

Depuis 2000, Sources officie dans toute forme de conception et de construction de stations de traitement des eaux : stations d’épuration, stations de traitement d’eau potable et de bassins d’orage. Véritable meneur d’hommes, Patrick Billette a dès l’origine à cœur d’encourager le développement de la société, porté par la technicité et l’excellence de ses équipes, mais aussi par sa propre connaissance parfaite du secteur, des innovations en cours et de la concurrence.

DAVID CONTRE GOLIATH
Dans un marché de 2 milliards d’euros annuels dominé par trois grands acteurs historiques, Veolia, SAUR et Suez, Sources n’a d’emblée d’autre choix que de se distinguer pour démontrer sa légitimité et se frayer une place. La société se spécialise d’abord dans l’ingénierie de stations de traitement des eaux, avant de gagner ses galons en contractant avec certains autres grands donneurs d’ordre étrangers.

Grâce à ses références de plus en plus importantes, Sources commence ensuite à répondre seule à des appels d’offre et à élargir son portefeuille de réalisations. Affranchie de l’inertie structurelle de ses concurrents, Sources parvient rapidement à s’imposer comme un opérateur alternatif, capable d’agilité, de réactivité, et d’une véritable compétitivité prix, en particulier sur les marchés de petites stations de traitement des eaux. Les projets réussis en appelant d’autres, Sources entre alors dans une phase de croissance très soutenue.

Pour répondre à ses clients institutionnels – communautés d’agglomération, communautés de commune, municipalités et syndicats publics –, l’entreprise s’implante de manière méthodique et patiente, ouvrant petit à petit des directions régionales et réussissant à opérer un maillage régional remarquable au milieu de très gros acteurs historiques.

INNOVER CONTRE LES IDÉES REÇUES
La société Sources se distingue tout particulièrement par ses capacités à se montrer innovante et séduisante dans un marché a priori fermé. Il faut savoir que le gros du parc de stations de traitement des eaux français date des années 1960-1970. Les usines sont donc aujourd’hui souvent à rénover, voire à détruire et à reconstruire pour se montrer à la hauteur des enjeux démographiques. Les stations d’épuration sont classifiées en termes d’équivalent habitant. Le marché se révèle assez nettement scindé entre les acteurs ne pouvant répondre qu’à des installations capables de traiter jusqu’à 100 000 habitants et ceux capables de traiter des marchés plus importants : les trois acteurs historiques du secteur, et Sources !

L’entreprise a en effet développé une architecture de stations optimisées, permettant de multiplier les capacités de traitement sans augmenter l’emprise foncière. Les stations Sources ont un autre avantage, non négligeable : elles sont jolies. Soucieux de redorer l’image de vielles usines périphériques massives, les ingénieurs de Sources ont en effet imaginé des stations sur étagères qui se fondent dans l’environnement naturel grâce à une ligne élégante, moderne et végétale. Sources travaille énormément sur cette notion d’intégration des stations dans le paysage, se distinguant véritablement en cela des gros acteurs du secteur, pas toujours capables d’une telle agilité marketing. Un argument massue pour des municipalités, plus habituées à appréhender les stations d’épuration comme des cailloux dans leurs chaussures. Partant de la superficie d’usines vieilles de quarante ans, Sources est aujourd’hui capable de doubler les capacités de traitement
de l’existant, mais également de proposer des projets neufs optimisés.

Fidèle à son engagement écologique, Sources s’est par ailleurs dotée d’un avantage scientifique : l’exclusivité de la licence néerlandaise du procédé Nereda. De quoi s’agit-il ? Une station d’épuration traite l’eau grâce à des « boues », qui sont des bactéries permettant de filtrer l’eau. Dans une station, l’eau transite de bassin en bassin. Dans les premières cuves, les boues permettent de capter l’essentiel des impuretés de l’eau. Les boues descendent ensuite par décantation, ce qui permet à l’eau seule de passer dans le bassin suivant, où elle est refiltrée par d’autres boues, et ainsi de suite, jusqu’à l’assainissement complet. Nereda est un concept de boues granulaires, dont les bactéries captent plus efficacement les éléments nocifs pour l’eau, permettant ainsi de multiplier par 3 ou 4 la vitesse de décantation par rapport à la boue classique. La station réduit ainsi ses coûts énergétiques, entraînant un cercle vertueux pour toute la collectivité.

Enfin, Sources innove en développant de nouvelles expertises, comme l’illustre son positionnement dans la recherche sur la co-méthanisation des boues et des déchets. Depuis la « crise de la vache folle » en France, il est interdit de mélanger de l’eau avec des déchets. Mais cette interdiction est susceptible de tomber à l’horizon 2022. Dans ce contexte, deux grands donneurs d’ordre franciliens ont lancé un appel d’offre aux acteurs du traitement de l’eau. L’objectif : imaginer une usine dans laquelle il serait possible de mélanger les déchets urbains avec les boues de stations d’épuration afin de créer du gaz. La société Sources réalise aujourd’hui activement des tests en laboratoire pour améliorer l’efficacité du processus qu’ils ont imaginé.

GRANDIR ACCOMPAGNÉ
Avec un taux de croissance moyen de plus de 20 % sur les trois dernières années, et une projection à plus de 50 % en 2019 (dont 15 % à l’étranger), l’équipe dirigeante décide de faire appel au capital-investissement pour passer du stade de PME à celui d’ETI (entreprises de plus de 50 millions de chiffre d’affaires), rares dans le tissu français. Turenne Emergence entre ainsi au capital fin 2018 pour accompagner Sources dans le développement de la croissance organique et de la croissance externe.

Organique d’abord, car une entreprise en forte croissance n’a pas toujours le temps de se structurer. L’équipe Emergence du Groupe Turenne apporte notamment son savoir-faire en termes d’accompagnement (reporting, recrutement de cadres clés, partage des bonnes pratiques organisationnelles, etc…). Sources a un très fort attrait vis-à-vis des ingénieurs du secteur, qui préfèrent le challenge de la belle PME française en forte croissance à l’inertie des grands groupes. À l’entrée de Turenne Emergence, il y avait 32 salariés, ils approcheront les 40 fin 2019.
En tant qu’expert de la croissance, Turenne Emergence conseille également Sources dans ses objectifs de croissance externe, en l’occurrence dans la construction ou l’exploitation de stations de traitement des eaux.

Enfin, sous l’impulsion de Patrick Billette, la société Sources vient d’intégrer au capital une équipe de dix cadres clés. Le dirigeant a souhaité créer un système particulièrement motivant pour ses actuels et futurs talents. La valeur ajoutée de Sources est dans la prestation intellectuelle, et cela l’homme l’a compris.

A propos de

Secteur : Autres services aux entreprises

Métier : Capital transmission

Région : Île-de-France

Date d'investissement : 2019

sources.fr

Conception et construction de stations de traitement de l’eau

Plus d'actualité de cette société
J'accepte

Ce site utilise des cookies pour établir des statistiques sur ses visiteurs. En utilisant notre site, vous acceptez notre politique en matière de cookies. En savoir plus